Politique Petite Enfance

Demande de remboursement par Contribuable

Publié le

Gaspillage d’argent public !
Rapport, commission, séminaire premiers pas, Unicef, OCDE….et bien d’autres papiers …ils répètent inlassablement le même message :

  • Le besoin de qualité dans les interactions enfant adulte !
  • Entre adultes qui les accueillent et avec les parents !
  • Du temps pour organiser, échanger pour bien accompagner l’enfant sa famille !

Doublon et double doublon, l’administratif déconnecté du terrain, on paye le silence des experts, on méprise les personnes, pour passer un décret qui dégrade de qui déjà dégradé ! Pour faire gagner de l’argent à certains ! ceux qui ne mettront jamais leurs enfants dans un mode d’accueil ! Sachez leur dire non !
Soyez créatifs ! Réformez l’appareil de l’état pourque l’on voit enfin une politique de la petite enfance rester indépendante du changement de gouvernements ayant pour seule stratégie, une vision à long terme afin d’améliorer la qualité de vie des personnes et de réduire les inégalités.
Osez le vrai développement durable !
Osez la bonne réforme !
Une réforme qui changera la vie des enfants, des parents et des professionnels !
Une réforme qui changera la société !

Politique Petite Enfance

La grève des bébés par MARITCHE

Publié le

24 ans de pratique d’un métier « passion » auprès des jeunes enfants en équipes avec les parents…
Au fil des années, des conditions d’accueil et, de fait de travail qui….déclinent…
Pour les structures collectives, décrets et choix de financements ont progressivement plongé notre corps professionnel dans le cycle oppressant et déshumanisant de la marchandisation, multipliant les statuts des lieux d’accueil collectif des jeunes enfants…déroulant le tapis des inégalités
Et que dire des assistantes maternelles qui en cette période de COVID ont vu leur capacité d’accueil passer de 4 à 6 enfants accueillis !
Alors, que d’effroi en lisant ce qui se prépare : Rapport TAQUET, Ecole de la Confiance de Mr BLANQUER…
Que l’on nous explique sur quelles connaissances de l’enfant, quels fondements bienveillants s’ancrent ces projets…ça suffit…
Parole aux premiers concernés :

La Grève des Bébés

Aujourd’hui, jour de colère
Nous ! Bébés ! Nous mettons en grève !
Ensemble, nous allons crier, rouler des larmes à l’unisson
Qui coulent dès lors pour lever l’ancre
Sur vos écrits de déraison.

Nous sommes épris de besoins simples,
Avides d’espaces et d’attentions
Que vos choix choquent
Effroyables
Paradoxes de souffrances
ANORMAL
Vers votre organisation sociétale.
Revendiquons
Et sans frontière
Les droits égaux des enfants
A grandir de nous-mêmes vers les autres
Dans le respect de nos richesses fondamentalement différentes
Mettant alors le collectif
En chemin d’un trésor absolu
Alertons
Dans le temps
Des dangers d’une éducation
Didactique,
Captive,
Idéologique,
Et calée sur l’arithmétique de budgets bien trop mal ficelés.

Et sur les routes bitumées
Où vous nous emmenez rouler :
Qui sauront prendre de la vitesse et fonceront les yeux fermés,
Auront les poches pleines de monnaies.
Quant viendra l’âge de penser l’encre
Dans les EHPAD vous serez
Il est des chances assurées
Qu’ils ne vous entendent pas pleurer.

MARITCHE
Politique Petite Enfance

Poste aux multiples facettes par Puéricultricefatiguee

Publié le

Déjà en premier lieu, j’ai eu du mal à me positionner entre multi accueil, politique petite enfance, RH… Oui, pas simple de trouver sa place dans un poste où je suis multi taches.

À 100%, je suis à la fois en direction d’une crèche de 30 berceaux, l’infirmière de cette structure et infirmière de 2 multi accueils de 12 places chacun. A côté de ça, je suis responsable/coordinatrice petite enfance d’un territoire qui comprend les 3 multi accueils (30 places, 12 places et 12 places) et un relais d’assistants maternels. J’ai comme mission de réaliser la politique petite enfance dans le poste de coordination au sein d’un service commun qui complique la cohérence politique, les décisions… mais aussi gérer le patrimoine, l’investissement, monter les projets voire les nouveaux projets… Je suis épuisée.

Mon poste correspond à un temps de travail de plus de 200% au quotidien et en continu… Et pourtant la PMI valide sans se rendre compte des problèmes.

Mon rôle infirmier est quasi inexistant, je travaille le soir chez moi, je ne dors plus… Sous 3 traitements pour essayer de tenir le choc… Et un des traitements depuis peu m’a rendu complètement confuse donc je tente un autre traitement… Voilà la maltraitance institutionnelle que je vis au quotidien.
La personne avant moi a quitté le poste pour burn-out…
Combien de temps vais je tenir ? Qu’est ce que nous offrons comme qualité pour les enfants et les familles quand nous sommes nous même maltraités….

Une infirmière puéricultrice épuisée…

Politique Petite Enfance

État des lieux par Elljell

Publié le

Bonjour, je travaille en crèche depuis 43 ans. J’ai connu les enfants déshabillés et passés par un guichet.
Heureusement à l’époque, une amélioration des conditions d’accueil a eu lieu.
En premier grâce à Jeanne Levi qui a sorti les enfants des lits et de leur privation de mouvements.
Les parents ont commencé à rentrer, les psychologue à avoir leurs places, les auxiliaires et les EJE aussi.
L’enfant est devenu une personne, avec des droits.
On a mis en place des principes Pikleriens, la référence, la motricité libre, les jeux en libres accès…
Seulement voilà, tout cela a un coût. Tout cela demande du personnel qualifié.
Tout cela demande de l’espace.
Tout cela demande du temps, de la bienveillance, des compétences.

Et non, il ne suffit pas d’être une femme pour travailler en crèche. Aujourd’hui, il faut remplir, coûte que coûte. Partager les lits, alors que même à la Sanacotra chaque adulte à son lit. On essaye d’économiser pour tout. Seulement cet argent économisé aujourd’hui, combien va t il coûter à la collectivité de demain ?
On touche aux fondamentaux et aux fondations des jeunes enfants, ce qui ne manquera pas d’ébranler les adultes qu’ils deviendront.
Aujourd’hui, on maltraite les professionnels, on les paye au lance pierre, on les manage sans bienveillance.
Comment demander à des professionnels d’être bien traitants si eux-mêmes ne sont pas bien traités. Quoi de mieux que de l’avoir ressenti et vécu soi-même, pour comprendre ce que c’est réellement !.
J’ai connu le harcèlement de ma hiérarchie, la méconnaissance des besoins d un jeune enfant, la maltraitance institutionnel. Sylvaine Giampino dit que la prévention, ce sont les petits détails…
Aujourd’hui, on n’en est pas là, plus là?
Et pourtant, j espère avoir semé des graines, donner de la bienveillance, éveiller des professionnels à la curiosité, ouvert des fenêtres, plantée des rhizomes, soutenir des équipes, accompagner des familles, des enfants avec toujours autant de motivations, mais à quel prix ???
Une usure du corps. Beaucoup de temps et de patience. Je suis triste de voir aujourd’hui, alors que les neurosciences viennent confirmer l’importance de tout ce travail, une dégradation des modes d’accueil, des formations….que les travaux du groupe de réflexion des 1000 jours ne soient pas écouter.
Que les professionnels de la petite enfance soit aussi sages et ne se révoltent pas plus. Qu’allons nous laisser à nos enfants ? J’ai honte.

Politique Petite Enfance

Mobilisez vous !!! par Val92

Publié le

EJE depuis 2003 suite à une reconversion professionnelle, j’ai assisté en quelques années à une dégradation de la qualité d’accueil de l’enfant et de sa famille qui m’interpelle.
Pourquoi étions si peu lors de la journée de manifestation à l’initiative de Pas de Bébés à la Consigne ?
Si nous bougeons toutes et tous, nous pourrions avoir gain de cause et sensibiliser un maximum de personnes à ce naufrage. Les enfants méritent notre plus grande attention et devraient faire l’objet du plus grand soin. Au lieu de cela, on voit se mettre en place une logique économique qui est une insulte à la Pédagogie, au rythme singulier de chacun, à un aménagement de l’espace digne de ce nom avec du matériel riche et adapté au développement. Il ne suffit pas de remplir des tableaux statistiques avec des taux de fréquentation qui frisent la bêtise au détriment du bien être de chacun (et les conditions de travail des pros en font partie).
Je reste sur le terrain en tant que militante et formatrice auprès de futures EJE. Nous ne devons pas déserter le terrain mais l’occuper en défendant haut et fort les valeurs qui sont les nôtres.

Politique Petite Enfance

Il faut tout un peuple pour faire entendre la voix de l’enfant par l’enfant do

Publié le

Il y a comme un paradoxe aujourd’hui à dire et faire valoir politiquement l’importance de l’enfant tout en ne donnant que peu de valeur à ceux qui les éduquent. Les métiers de la petite enfance sont très mal rémunérés, les directeurs ne sont pas formés, la charge de travail est considérable et l’épuisement physique et moral est conséquent. Penser la place de l’enfant dans la société, construire l’adulte en devenir, c’est aussi penser la place de la famille et des éducateurs au sens large, c’est donner la possibilité aux familles de choisir un endroit qui leur convient pour l’accueil de leur enfant afin de leur permettre de continuer leur vie professionnelle en toute sérénité.
Cet endroit ne peut pas exister si:

  • Les professions qui y exercent sont mal rétribuées et considérées
  • Les lieux sont surchargés et impossibles à aménager selon l’éthique des professionnels de la petite enfance
  • La petite enfance devient un marché et plus un service

Il est évident que chaque profession lutte pour sa propre reconnaissance et que chaque profession a une place au sein de la société. Toutefois, il serait bon de réfléchir plus particulièrement à la place que nous donnons aux professionnels de la petite enfance car ce sont eux qui contribuent à la construction de l’adulte de demain.
Alors je pose cette question : que veut la société française pour ses jeunes enfants? Un accueil collectif de qualité où tous sans distinctions sont accueillis dans un espace réfléchi et adapté? Ou un accueil en fonction des revenus des parents avec dans tous les cas des lieux étriqués où s’entassent 6 bébés par adulte?

Ce n’est pas seulement la vision très libérale du gouvernement qui doit être interpellée mais aussi chaque adulte de cette société qui devrait, surtout dans les temps qui courent, penser avant tout la société pour que l’enfant puisse s’y épanouir et donc arrêter cette attitude du laisser faire…
Il faut tout un peuple pour éduquer un enfant dit un proverbe africain, en suivant cette belle pensée nous pourrions aussi dire: il faut tout un peuple pour faire entendre la voix de l’enfant! Il n’y a plus qu’à…

Politique Petite Enfance

« Accueil de qualité pour tous » par Inégalités

Publié le

Lutte contre la pauvreté : lancement de l’Appel à la Manifestation d’intérêt « Accueil pour tous »

Sans une qualité d’accueil, c’est-à-dire, de relations de qualité au sein des EAJE, des professionnels disponibles physiquement et psychiquement, reconnus et considérés et bien rémunérés, la lutte contre la pauvreté, par une socialisation précoce, levier d’inégalités, est une utopie !

Et puis, où allez-vous trouver les professionnels, quand aujourd’hui environ 3000 postes sont vacants, par exemple, en ile de France, pour les principaux métiers exercés en EAJE ?
Lisez bien les rapports, écoutez bien les professionnels, les experts, inspirez vous des pays nordiques et

PRENEZ BIEN SOIN DE VOS CITOYENS !

Politique Petite Enfance

Ras le bol de ne pas être écoutées par Florine

Publié le

A quoi sert-il de demander des rapports si c’est pour s’assoir dessus? Rapport des 1000 jours, rapport Giampino… Nous, professionnelles, passons de l’espoir au désespoir. Ras le bol de ne pas être écoutées, de parler dans le vide, va t’il falloir expliquer aux parents le quotidien de leurs enfants .
Devons-nous au lieu de faire des transmissions le soir en souriant expliquer à ces derniers nos journées dans les cris , les pleurs , les tensions , leur dire que leur enfant s’est endormi sur un tapis faute d’adulte disponible pour le coucher? Faut-il leur faire part de notre démotivation? Faut-il faire un scandale pour être enfin écoutées?

Politique Petite Enfance

Plus jamais la crèche collective ! par Caro

Publié le

Voilà plus de dix ans que j’ai quitté le monde infernal de la crèche collective et je constate avec effroi-grâce à mes collègues qui ont démissionnés, aux stagiaires que j’accueille et à vos témoignages que rien n’a changé , voire que la situation a empiré…

Dans mes pires souvenirs, je me retrouvais seule avec une bonne dizaine d’enfants de 2 ans, 1h avant la fermeture, à jongler entre les couches à changer, le ménage du goûter à effectuer, les conflits à gérer, les transmissions à livrer, les tétines et doudous à donner… bref être seule au moment de l’accueil du soir, un vrai cauchemar … mais si ça n’avait été qu’a ce moment -là!!!

Je me souviens des directrices occupées à pallier les absences des professionnels surmenés et à passer plus de temps à gérer les congés qu’à écouter et aider le personnel, toutes fonctions confondues, épuisées… Si j’ai trouvé un certain équilibre dans mes fonctions actuelles d’EJE (38h non stop avec un groupe de 20 enfants de 3 ans), je suis révoltée que RIEN ne change dans le secteur de la petite enfance, pourtant aussi malmené que celui de l’hôpital où le mépris des personnels , les logiques budgétaires et comptables règnent … mais au moins dans le monde hospitalier, les conditions dégradées sont depuis quelque temps hyper médiatisées et on peut espérer que la crise sanitaire contribuera à améliorer le sort des professionnels et des patients…
Merci à cette plateforme d’exister, je rêve que les métiers de la petite enfance soient un jour reconnus et valorisés pour ce qu’ils sont : épuisants mais extraordinaires surtout quand on a les moyens de travailler dans des conditions dignes, respectueuses du bien être des enfants qui passe nécessairement par celui des adultes qui les accompagnent dans leur développement .
Bon courage à tous! espérons qu’un jour les politiques osent se pencher (et en prendre vraiment soin) sur la toute petite enfance , l’éducation, le soin , la santé, la justice… tous ces secteurs si maltraités depuis tant d’années, qui ont tant besoin de moyens, matériels, humains… pour exister et perdurer !