RAM

Et les RAM dans tout ça …. par Flo

Publié le

Animatrice d’un RAM itinérant depuis 10 ans… et à bout de souffle…
Que dire? Des missions de plus en plus forte d’observation des conditions d’accueil du jeune enfant, recenser les besoins?? Oui mais pourquoi faire? Des municipalités qui oublient souvent que le RAM existe, une animatrice qui se débrouille seule…
Et que dire du premier, deuxième et troisième confinement? Des sollicitations non stop de la part des assistants maternels inquiets, des parents qui n’ont pas de solutions d’accueil pour leur enfant …et nous, animatrice de RAM, sans réponse fiable à leur apporter
On écoute, on oriente, on soutien mais concrètement?!? Nous n’existons pas ou alors pour nous redonner les missions dont personne ne veut
J’ai commencé il y a 10 ans, où nous mettions vraiment l’enfant et l’assistante maternelle au coeur de notre travail, mais toutes ces missions ajoutées nous épuisent

RAM

Rien a beaucoup changé! Cela a même empiré!! par Thalie

Publié le

Dans les années 80, nous pensions avoir acquis une certaine reconnaissance de la petite enfance par les politiques!
Le respect de l’enfant, l’importance de lui parler, l’accueil individuel auprès de chaque enfant.
Nous pensions naïvement que tout cela allait évoluer vers du mieux encore et encore!
Apparemment, ces grands thèmes encore très présents (ouf, c’est déjà ça) dans la formation des professionnelles est sans cesse remis en cause par la faute des moyens voire de l’économie qu’on ne cesse de vouloir faire sur ces services! Reviendra-t-on aux toutes premières crèches qui se contentaient de garder en vie les petits enfants!
La bienveillance qu’on met à toutes les sauces aujourd’hui est apparemment complètement oubliée pour les jeunes enfants et les professionnelles qui s’en occupent!!
La preuve aujourd’hui pour les assistantes maternelles qui après avoir été considérées comme les professionnelles de crèches, avec possibilité d’être au chômage et de faire ou non le choix d’accueillir les enfants, aujourd’hui doivent continuer à travailler et même encore (ce qui est un vrai danger) garder jusqu’à 6 enfants -danger il va de soi aussi pour les enfants-.

Comme bien d’autres professionnelles de la petite enfance je suis tellement en colère que j’en suis dégoutée!