Multi accueil

Seule par EJE

Je suis seule ce jour là, seule avec 10 enfants de 2 ans mais nous sommes dans les normes, la directrice est dans son bureau. Jusqu’ici tout va bien…
Je suis seule ce jour là et les enfants doivent se rendre à la sieste, je dois les aider à se déshabiller, changer leur couche et ils sont 10 mais nous sommes dans les normes la directrice n’est pas loin. Jusqu’ici tout va bien…
Je suis seule et les enfants s’énervent, courent dans tous les sens. J’ai de l’expérience, je vais pouvoir gérer, je les encourage à se déshabiller seul mais c’est tellement plus amusant de monter sur les meubles ou de se cacher derrière les rideaux. Mais nous sommes dans les normes, la directrice est dans les locaux. Jusqu’ici tout va bien…
Je suis seule avec les enfants et ils s’impatientent, allez plus que 3 couches à changer…des cheveux tirés, des cris, des bousculades…mais je vais gérer, restons calme et soyons bienveillant qu’ils disent dans les livres, soit. Un câlin pour réconforter, une parole pour expliquer, une couche à la main, un jouet dans l’autre, un regard pour tous les 10 pour leur dire que je suis là, que je suis fatiguée mais que je suis là. Et nous sommes dans les normes, nous sommes deux dans les locaux. Jusqu’ici tout va bien…
Je suis seule avec les enfants, et aller à la sieste pour la première fois pour certains, c’est angoissant. Un enfant du côté gauche, l’autre du côté droit, les doudous dans les mains et un enfant bienheureux qui m’aide à ranger les paniers de la sieste. Mon cœur dit merci, ma tête me dit que ça aurait dû être un partage de tâche que j’aurai pu avoir avec ma collègue malade qui n’est pas remplacée car nous sommes dans les normes. Jusqu’ici tout va bien…
Jusqu’ici tout va bien? Mais jusqu’à quand? Combien de Burnout? Combien d’arrêt médicaux pour des blessures physiques: maux de dos, épaules… Combien de directrices/teurs qui ne peuvent plus se rendre sur le terrain car noyées sous les dossiers et les chiffres?
Combien d’enfants maltraités par ces situations ? Combien de professionnel(le)s bienveillant(e)s découragé(e)s qui changent de métier ou qui tout simplement baissent les bras et laissent faire?
La liste est longue… Les enfants en collectivité et les professionnels de la petite enfance ne font pas beaucoup de bruits et pourtant ils souffrent…
Nous, professionnel (le)s de la petite enfance, avançons et nous démenons depuis tant d’années même si les conditions de travail sont de pire en pire car nous savons que si nous ne sommes pas à 100 pour 100, c’est l’enfant qui en payera les conséquences. Nous souffrons en silence et nous regardons avec effroi ce qui est offert à ses enfants, les conséquences que cela va engendrer pour leur futur et nous croisons les doigts en nous disant qu’il y a la résilience et que peut-être ils pourront en bénéficier…
Mais que dire d’un pays qui maltraite ses enfants? Triste monde…