Micro-crèche

Du rêve au cauchemar par Au secours

Après quelques années d’exercice en tant qu’EJE en continuité de direction dans une association, j’ai accepté un poste de directrice de trois micros crèches dans un grand groupe. Malgré toutes les mises en garde qu’on avait pu me faire, j’ai voulu tenter l’expérience. Des rêves plein la tête, la découverte de la réalité m’a fait mal. Toutes mes équipes en turnover, des arrêts maladies en veux-tu en voilà. Je devais remplacer sur le terrain les professionnelles absentes (coucou bouche trou) et gérais l’administratif en même temps, forfait cadre donc semaine de 55 heures (ben oui c’est la fête pour 1650 net je peux bien le faire non?), une responsable opérationnelle qui me demandait d’embaucher des professionnelles sans expérience professionnelle de terrain et qui sortaient de l’école (cap petite enfance par correspondance) et bien sûr, le remplissage! Pas de budget, pas de matériel, la misère. Je ne jette pas la pierre aux professionnelles qui constituaient mes équipes, la plupart étaient à bout, en burn-out. Je n’ai même pas fini ma période d’essai et j’ai mis fin à ce délire sans quoi c’est moi qui aurait tourné folle. Peu de temps après, j’ai appris que la directrice précédente était partie pour les mêmes raisons…