Uncategorized

Des modes d’accueil à deux vitesses par Rachida

Je suis éducatrice de jeunes enfants depuis presque 20 ans. J’ai démarré ma carrière avec le décret d’août 2000 et aussi la mise en place de la PSU. Je suis directrice d’une crèche associative depuis 13 ans.

Je suis très inquiète aujourd’hui parce que ce sont les enfants les plus fragiles qui n’ont pas accès aux modes de garde :

  • soit parce que les listes d’attente sont trop longues
  • soit parce qu’aujourd’hui il y a plus de places dans les micro crèches où le reste à charge est bien trop important pour les familles en situation de précarité.

Mais alors !?? Pas de mode d’accueil = pas de travail et pas de travail = précarité.
Notre Président veut aider les pauvres.. Ok..

Alors pourquoi cette réforme ??
Pourquoi augmenter les places dans les micro crèches ?
Pourquoi baisser les dotations aux communes qui du coup ne subventionnent plus les crèches à but non lucratif, dont l’objectif prioritaire est d’accueillir un enfant et de lui permettre de bien grandir sans distinction d’origine, de niveau économique…???
Si nous souhaitons aider les familles les plus en difficultés c’est tout le système de financement des crèches qu’il faut modifier !! C’est l’Etat qui doit se porter garant de la façon dont les crèches utilisent l’argent public, c’est inacceptable que des crèches privées soient cotées en bourse !!! On ne l’accepterait pas pour les écoles et l’Etat l’a permis en ouvrant les crèches au marché lucratif.. De l’argent public côté en bourse..

Je souhaite une politique petite enfance ambitieuse et porteuse d’espoirs d’un mieux vivre pour tous !