Politique Petite Enfance

Plus jamais la crèche collective ! par Caro

Voilà plus de dix ans que j’ai quitté le monde infernal de la crèche collective et je constate avec effroi-grâce à mes collègues qui ont démissionnés, aux stagiaires que j’accueille et à vos témoignages que rien n’a changé , voire que la situation a empiré…

Dans mes pires souvenirs, je me retrouvais seule avec une bonne dizaine d’enfants de 2 ans, 1h avant la fermeture, à jongler entre les couches à changer, le ménage du goûter à effectuer, les conflits à gérer, les transmissions à livrer, les tétines et doudous à donner… bref être seule au moment de l’accueil du soir, un vrai cauchemar … mais si ça n’avait été qu’a ce moment -là!!!

Je me souviens des directrices occupées à pallier les absences des professionnels surmenés et à passer plus de temps à gérer les congés qu’à écouter et aider le personnel, toutes fonctions confondues, épuisées… Si j’ai trouvé un certain équilibre dans mes fonctions actuelles d’EJE (38h non stop avec un groupe de 20 enfants de 3 ans), je suis révoltée que RIEN ne change dans le secteur de la petite enfance, pourtant aussi malmené que celui de l’hôpital où le mépris des personnels , les logiques budgétaires et comptables règnent … mais au moins dans le monde hospitalier, les conditions dégradées sont depuis quelque temps hyper médiatisées et on peut espérer que la crise sanitaire contribuera à améliorer le sort des professionnels et des patients…
Merci à cette plateforme d’exister, je rêve que les métiers de la petite enfance soient un jour reconnus et valorisés pour ce qu’ils sont : épuisants mais extraordinaires surtout quand on a les moyens de travailler dans des conditions dignes, respectueuses du bien être des enfants qui passe nécessairement par celui des adultes qui les accompagnent dans leur développement .
Bon courage à tous! espérons qu’un jour les politiques osent se pencher (et en prendre vraiment soin) sur la toute petite enfance , l’éducation, le soin , la santé, la justice… tous ces secteurs si maltraités depuis tant d’années, qui ont tant besoin de moyens, matériels, humains… pour exister et perdurer !